Tout savoir sur les maladies sexuellement transmissibles

Plus d’un million de personnes contractent une infection sexuellement transmissible (IST) chaque jour. Transmise principalement par contacte cutané lors d’un rapport sexuel vaginal, anal ou oral, les IST peuvent entrainer de graves conséquences sur la fertilité. On décèle huit agents pathogènes qui rendent parfois la sexualité anodine. Cet article vous explique tout sur ces différents germes.

Ces huit agents pathogènes vont être scindé en deux groupes. Un premier groupe qui rassemble les germes curables. Ce groupe comporte 03 bactéries et 01 parasite. Le second groupe regroupe les IST incurables et comporte 04 virus.

Les infections sexuellement transmissibles curables.

Les germes responsables d’IST curables sont : la syphilis, la gonorrhée, la chlamydiose et le trichomonas.

La syphilis

Causée par une bactérie appelée Treponema pallidum, la syphilis se transmet par contacte cutané surtout par voie sexuelle. Elle se manifeste par deux principaux signes qui sont :

  •  Une ulcération génitale, superficielle, non douloureuse, à fond propre, limite nette et base indurée.
  •  Adénopathie inguinale ferme, indolore et souvent bilatérale.

La syphilis une fois diagnostiquée, peut facilement se traiter. Le médicament utilisé pour traiter cette maladie est la pénicilline G

La gonorrhée(gonococcie)

Encore appelé la chaude-pisse, la gonococcie est causée par une bactérie appelée Neisseria gonorrhoeae. Cette maladie se contracte au cours des rapports sexuels non protégés. Elle se transmet aussi au nouveau-né lors de l’accouchement par une mère infectée.

La gonococcie se manifeste différemment chez l’homme et chez la femme. Chez la femme, elle est parfois asymptomatique (70 % des cas). Dans certains cas les femmes peuvent ressentir : une douleur lors des rapports sexuels, à la miction et au bas ventre ; des écoulements vaginaux anormaux…

Chez l’homme, cette maladie se manifeste par : des brûlures mictionnelles, écoulement urétral purulent jaunâtree, Fièvre, frissons, douleurs pelviennes…

La ceftriaxone est l’antibiotique de premier choix pour combattre cette maladie.

La chlamydiose

La chlamydiose est une IST causée par une bactérie intracellulaire appelée Chlamydia trachomatis. Cette IST s’observe essentiellement chez les jeunes de moins de 25 ans et est responsable de la plupart des infertilités féminines.

Vous pouvez contracter cette maladie sans présenter aucun signe. Environ 70% des femmes et 50% des hommes atteints de cette maladie sont asymptomatique. Néanmoins on peut voir apparaitre certains signes. Les hommes infectés par la chlamydia peuvent se plaindre de brûlures mictionnelles, d’écoulement urétral purulent jaunâtre. Chez les femmes, on peut noter une douleur en urinant ou lors des rapports sexuels, des écoulements vaginaux anormaux…

Deux antibiotiques agissent efficacement sur la chlamydia. Ces deux antibiotiques sont dotés d’un pouvoir à agir sur les germes intracellulaires. L’Azithromycine et la doxycycline sont les deux médicaments utilisés pour combattre cette maladie.

Le trichomonas

Le parasite responsable de cette IST est un protozoaire flagellé appelé : Trichomonas vaginalis. Le plus souvent bénigne, cette maladie est l’une des IST les plus répandues et peut entrainer de graves complications.

Parfois asymptomatique le Trichomonas vaginalis dans l’organe génital masculin ou féminin peut entrainer les signes suivants :

Chez la femme, on retrouve : une sensation de brulure lors de la miction, pollakiurie (envie d’uriner fréquemment), douleur au cours du rapport sexuel, écoulement vaginal verdâtres, mousseuses, abondantes et nauséabondes.

Chez l’homme les signes sont absents dans la majorité des cas. Et se résument en une douleur lors du rapport sexuel, un gène à la miction, une pollakiurie. Non traitée, cette maladie peut évoluer vers une prostatite.

Le trichomonas est de nos jours facilement éradiqué une fois que le diagnostic est fait. Le médicament le plus utiliser contre cette maladie est le Métronidazole. 02 gramme de métronidazole en prise unique fait taire cette maladie pour toujours.

Les infections sexuellement transmissibles incurables

Les IST non curables sont ceux dont les médicaments actuels n’arrivent pas à les éliminés complètement. Donc ne se guérissent pas complètement. Les germes en cause sont : l’hépatite B, le VIH, l’Herpès génitale, le Papillomavirus humain.

L’hépatite B

L’hépatite B est un virus à ADN appartenant à la famille des Hepadnavirus. Transmis le plus souvent par contacte de sang, ce virus se transmet aussi par voie sexuelle. Il se contracte au cours des rapports sexuels non protégé. La transmission peut se faire aussi par une mère infectée à son enfant lors de l’accouchement.

Dans la majorité des cas, cette maladie est asymptomatique. 90% des personnes infectées par ce virus ne présentent aucun signe et se guérissent elles-mêmes après quelques jours. Chez 10%, ce virus évolue de façon maligne pour donner à long terme une cirrhose.

Cette maladie peut facilement être évité, par la vaccination. Le vaccin contre l’hépatite B vous épargne de ce virus. Une fois infecter la vaccination n’est plus possible et à ce jour il n’existe pas aucun traitement curatif.

Le VIH

Le virus de l’immunodéficience humaine est le virus responsable de la maladie appelé SIDA. Transmis par le sang et le lait maternel, ce virus se transmet aussi par les liquides sexuels (sperme, sécrétions vaginales).

Dans les premières semaines après l’infection par ce virus, 50% des personnes peuvent rester asymptomatique.  Les moitiés restantes vont présenter une fièvre, maux de tête, mal de gorge, érythème, adénopathie, diarrhée. Si aucun traitement n’est instauré, on peut assister à long terme à l’apparition des maladies opportunistes graves comme : la tuberculose, Pneumocystose ,Toxoplasmose cérébrale, Maladie de Kaposi, insuffisance rénale…

Les antirétroviraux utilisés contre ce virus ne guérissent pas de l’infection à VIH, mais supprime activement la réplication du virus dans l’organisme.

Grâce ce nouvel traitement, on peut se contaminer par ce virus sans le transmettre à son conjoint ou à son enfant. Ce traitement renforce votre système immunitaire enfin de combattre les infections opportunistes.

Le papillomavirus humain (HPV)

Transmis le plus souvent par voies sexuelle, sa prévalence varie en fonction de l’âge. Ce virus touche 25 à 50 % des femmes de moins de 25 ans.

Le papillomavirus humain est le virus responsable des condylomes encore appelés crêtes de coq. Il est également à l’origine des lésions précancéreux et peut entrainer des cancers du col de l’utérus, de la vulve, de l’anus, du pénis et de la gorge.

Toutefois cette maladie peut être facilement évité. Il existe un vaccin qui protège tout le monde contre ce virus.

L’herpès génitale

Causé par un virus appelé herpès simple 2, ce virus se transmet aussi par voie sexuelle. Les personnes à risque de contracter cette maladie sont ceux qui ont de nombreux partenaires sexuels ou ceux qui ont un système immunitaire affaibli (chimiothérapie anticancéreuse, VIH/sida, personnes greffées…)

Cette maladie se manifeste par des crises pouvant survenir à tout moment. Au cours des crises on assiste à des démangeaisons et des sensations de brûlure des organes génitaux. Ensuit on voie apparaitre des vésicules s’éclatent pour laisser place par la suite à de petites plaies et de croûtes.

 L’aciclovir, le valaciclovir et le famciclovir sont les médicaments utilisés pour bloquer la multiplication de ce virus en vue de redure les poussés qui s’avèrent parfois gênantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rue des Plantes 970*90